Un photographe de mariage, c'est quoi ?



Un photographe de mariage, c’est quoi ?

Une chose est sure : le métier de photographe de mariage est méconnu et très souvent idéalisé.

Ou plutôt, d’une manière générale, on s’en fait une idée qui est fausse.


Très souvent, lorsque je me présente et que je dis que je suis photographe de mariage, la première chose que mon interlocuteur me répond, c’est : « Ah super ! Tu dois bien manger tous les week-ends ! » (c’est incroyable à quel point cette phrase revient…).

Alors, d’abord : Non, on mange rarement bien (ne parlez pas d’un plateau prestataire - à demi congelé - à un photographe de mariage qui a couru 12 heures durant avec 20 kilos sur le dos). Oui, il arrive parfois que nous ayons le même repas que les invités, mais c’est rare (merci à tous nos mariés qui nous ont gâtés). Le plus souvent, nous avons un menu enfant ou un plateau froid (voire très très froid).


Dans l’imaginaire, un photographe de mariage n’est pas vraiment un professionnel. C’est quelqu’un qui fait ça le week-end, en plus de son travail « normal », pour arrondir ses fins de mois (et oui, ça existe aussi). C’est quelqu’un qui se balade avec un appareil photo, prend une photo par-ci par-là. Ce n’est pas bien dur de prendre des photos, il suffit d’appuyer sur le petit bouton. Bref, c’est un hobbie.

Et comme c’est un hobbie et qu’il ne suffit que d’appuyer sur un petit bouton pour faire « clic clic », ça ne vaut rien. Je veux dire : ça ne vaut pas d’argent, tout le monde peut le faire. Toi aussi tu as un smartphone avec lequel tu fais des photos tous les jours, non ?

J’ai un scoop pour vous : non, ce n’est pas un hobbie. Cela demande de réelles compétences, un réel investissement et une détermination à livrer le meilleur aux mariés. Tout le monde ne peut pas le faire. Non, il ne suffit pas d’appuyer sur le petit bouton de temps en temps.

Alors, un photographe de mariage, c’est quoi ? Qu’est-ce qu’il fait ? C’est quoi son métier ?


  • C’est quelqu’un qui s’est formé

Comme dit plus haut, il ne s’agit pas d’appuyer sur un petit bouton toute la journée (même si c’est une partie non négligeable du processus).

On considérera pour cet article que le photographe de mariage sait déjà tout de la technique de base (ISO, ouverture, vitesse, etc… bref, le b.a.-ba).


La photographie de mariage requiert de se former dans différents domaines de la photographie :

- La photographie de produit : Tous ces jolis détails mis en scène (le bouquet, les chaussures, la robe, etc…)

- Le photojournalisme / reportage : Les images prises sur le vif demandent à être toujours prêt, à avoir les bons réglages, à immortaliser les actions entre les personnes, à connaître les règles de la composition, etc…

- Le portrait : Pour de jolies photos de couple sur lesquelles vous n’êtes pas figés, pour savoir vous mettre en valeur de manière naturelle.

- La maîtrise du flash : pour que les photos de la soirée de votre mariage fassent ressortir l’éclairage ambiant tout en figeant les actions, par exemple.

Mais, outre les aspects techniques et esthétiques, être photographe de mariage, c’est avant tout un métier qui requiert de l’humain. Il faut savoir écouter, gérer le stress des mariés et de leur famille, être compréhensif, s’adapter au mieux. Cela requiert donc également d’avoir un minimum de psychologie.


Il existe bien entendu différentes façons de se former à tous ces domaines, que ce soit de manière autodidacte ou en suivant des formations payantes.

Dans tous les cas, le fait de se former a un coût, que cela soit un coût en temps (de manière autodidacte) ou en argent (formation payante).



Les jolis détails mis en scène


  • Ce que ça représente comme travail

J’ai tenté d’estimer combien de temps de travail représentait pour moi de photographier un seul et unique mariage (je me suis chronométrée pour la partie post production des images).


- Différents échanges par e-mail avec le couple= 1h00

- Préparation des rendez-vous = 1h00

- Rendez-vous avec les futurs mariés = 3h00

- Rédaction du contrat / administratif = 1h00

- Comptabilité (émission des factures, gestion des paiements, etc…) = 1h00

- Préparation du jour J (revoir le planning, repérer le lieu…) = 1h00

- Préparation du matériel = 1h00

- Déplacement = 2h00 (parfois plus, suivant le lieu du mariage)

- Reportage le jour J = 14h00

- Sauvegarde des images = 2h00

- Tri des images = 6h00

- Colorimétrie des images = 20h00

- Préparation de la galerie = 1h00

- Livraison de la galerie =1h00

- Préparation de la clef USB = 1h00

- Préparation et envoi du colis (tirages, packaging, expédition…) = 1h00

Soit un total de 58h00 pour un seul et unique mariage, sans avoir compté les heures de marketing nécessaires à l’acquisition de nouveaux clients, les heures de formations, les heures nécessaires à l’entretien du matériel, les heures nécessaires à la gestion d’une société…. qui pourtant devraient être redivisées par le nombre de mariages par an et comptabilisées.

Bien entendu, cela n’engage que moi. Je sais que certains photographes y passent plus ou moins de temps, livrent ou ne livrent pas sur clef USB, etc… Mais cela peut vous donner un ordre d'idée général du temps passer à travailler sur un mariage.



Savoir lire et utiliser la lumière

  • C’est quelqu’un qui a du matériel

Un photographe de mariage, c’est quelqu’un qui possède tout le matériel nécessaire.

Non, votre photographe de mariage ne viendra pas photographier votre mariage avec un smartphone (enfin, je l’espère pour vous).


C’est quelqu’un qui a investi dans du matériel professionnel. Qui dit matériel professionnel dit matériel onéreux.

Un photographe de mariage professionnel aura certainement au moins deux boîtiers et toute une panoplie d’objectifs pour parer à toutes les situations (aussi suivant son style) : de l’objectif macro au téléobjectif, en passant par le grand angle.

Tu sais, les jolies photos avec beaucoup de flou que tu aimes bien ? Hé bien, c’est obtenu avec des objectifs qui offrent une grande ouverture et qui coûtent plus cher que des objectifs standards.


Il aura aussi généralement un ou plusieurs flashs, suivant ses habitudes et sa maîtrise de la lumière artificielle.


Il n’y a pas de règle, chacun travaille avec le matériel qui lui convient le mieux. Mais, dans tous les cas, l’acquisition de ce matériel demande un investissement considérable. Et, comme être photographe de mariage est un métier et non un hobbie, cet investissement est à la charge de sa société. C’est donc un investissement qui doit être amorti grâce au chiffre d’affaire réalisé en photographiant des mariages.



Portraits de mariées

  • C’est quelqu’un qui a de l’expérience

Etre photographe de mariage, ça ne s’improvise pas. C’est pourtant bien ce que pense la majorité des gens, voire même certains débutants, qui arrivent à leur premier mariage, inconscients de la responsabilité qui leur est confiée. « Il suffit de faire des photos », oui et non.


Comme le dit l’adage, c’est en forgeant qu’on devient forgeron. De mariage en mariage, on devient réellement meilleur. On apprend toujours des choses. On voit toujours des situations inattendues, qu’on arrive à gérer grâce à notre formation / notre expérience. L’expérience ne devrait-elle pas être valorisée ? Dans les grandes entreprises, les salaires sont augmentés régulièrement, non ?


J’ai le souvenir d’une mariée qui nous avait réservé deux ans après que nous ayons réalisé les photos du mariage de ses amis. Le jour où elle a découvert ses photos, elle nous a dit « Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi beau ! J’aimais déjà beaucoup les photos de X & Y, mais là, c’est vraiment mieux ! ». Oui, parce qu’en deux ans, on avait couvert X mariages supplémentaires, on avait suivi d’autres formations, et on avait (et on a toujours) la volonté de toujours faire mieux.


La réalité est, que lorsque vous réservez votre photographe de mariage, vous le réservez par rapport aux images produites l’année précédente. Vous acceptez donc de payer le prix pour cette qualité en question. Mais l’année suivante, votre photographe se sera amélioré. Vous aurez donc une meilleure qualité que celle pour laquelle vous aurez réservé. Vous avez donc fait une bonne affaire au final, non ?



être toujours prêt, prendre des images sur le vif, figer les moments

  • C’est quelqu’un qui est spécialisé dans ce domaine

Je vais me faire des ennemis, mais ce n’est pas parce qu’on réalise de superbes photographies de paysage ou de macro que l’on peut photographier un mariage de